Tout savoir sur la curcumine

curcumine

Originaire du Sud de l'Asie, le curcuma est une plante depuis longtemps reconnue pour ses vertus thérapeutiques. De son nom scientifique Curcuma longa, le curcuma est souvent surnommé «  safran des Indes » ou « racine jaune » en raison de sa couleur qu'il doit à la curcumine.

Les premières utilisations médicinales de cette plante semblent se situer entre 610 av. J.-C. et 320 av. J.-C.  Jusque là, elle était principalement utilisée en Inde comme colorant pour les tissus.

Depuis plus de 4000 ans et encore aujourd'hui, le curcuma est utilisé dans les médecines traditionnelles asiatiques dont la médecine chinoise et la médecine ayurvédique.

Il est alors recommandé pour purifier l'organisme, soulager et traiter les troubles digestifs, la fièvre, les infections, l'arthrite... Au Japon, au cours des XIIe et XVIIe siècles, le curcuma était reconnu pour améliorer la longévité des habitants de l'île d'Okinawa, où on dénombrait beaucoup plus de centenaires que dans le reste du Japon.

En Occident, la demande en curcuma ne cesse d'augmenter en raison de ses nombreux bienfaits sur la santé. En l'espace de quelques années, il a fait l'objet de plus de 5600 études revues et publiées. 

Si le curcuma est autant apprécié, c'est grâce à la curcumine qu'il renferme et qui représente près de 80 % de sa composition.

Elle est en effet le principal ingrédient actif du curcuma, aux côtés des autres curcuminoïdes (la demethoxycurcumine, le cyclocurcumine et le bisdemethoxycurcumine).

Mais que peut apporter la curcumine à l'organisme et quelles vertus lui reconnaît-on ?

Les bienfaits et propriétés de la curcumine

Si vous souffrez d'inflammations articulaires, digestives, neurologiques ou pulmonaires, la prise de curcumine sous forme de complément alimentaire peut être intéressante.

En effet, de nombreuses études ont pu démontrer les effets bénéfiques de la curcumine sur l'inflammation[1].

En 2009, une étude menée sur des patients souffrant de différents types d'inflammation (maladies inflammatoires de l'intestin, pancréatite, arthrite, uvéite antérieure ainsi que certains types de cancer) a montré que la curcumine était capable d'interagir avec certaines molécules impliquées dans l'inflammation.

De nombreuses autres recherches ont permis de mieux comprendre le fonctionnement et le potentiel thérapeutique de la curcumine. Pris pendant une certaine durée et à des doses bien précises, l'efficacité de la curcumine pourrait même être comparable à celle de l'ibuprofène, sur des personnes souffrant d'arthrose[2].

Plus récemment, des études préliminaires ont mis en évidence les propriétés anti-cancéreuses et anti-tumorales de la curcumine. C'est ainsi que plusieurs patients ont vu l'évolution de leur cancer du pancréas ou colorectal se stabiliser, grâce à l'association chimiothérapie et curcumine.

De plus, la curcumine semble contrer le phénomène de chimiorésistance qui limite l'efficacité de la chimiothérapie. En agissant sur la protéine EZH2, en grande partie responsable de la résistance des cellules souches cancéreuses, la curcumine a permis de ralentir le processus de chimiorésistance. Encore aujourd'hui, cette substance fait l'objet de plusieurs essais cliniques en cours.

Enfin, la curcumine est une substance naturelle intéressante pour limiter les risques de pathologies cardiovasculaires.

En agissant efficacement sur les différents « composants » du syndrome métabolique (hypertension artérielle, excès de cholestérol, diabète de type 2), la curcumine permet de réduire l''apparition de maladies cardiaques.

Les effets anti-inflammatoires de la curcumine sont capables de prévenir les arythmies auriculaires et ventriculaires. De plus, associée à de l'exercice physique régulier, la consommation de curcumine réduit significativement l'indice de masse corporelle (IMC), directement lié au développement d'une maladie cardiovasculaire ou d'autres maladies chroniques.

Les contre-indications et effets secondaires de la curcumine

La médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique recommande la prise de 2 à 3 grammes de curcuma par jour, avec un équivalent de 60 à 100 mg de curcumine. Il est toutefois conseillé de demander l'avis de votre médecin traitant avant toute prise de curcumine.

En effet, la consommation régulière et habituelle de curcuma n'est pas conseillée dans certains cas, notamment si vous souffrez de calculs biliaires et rénaux, si vous êtes enceinte ou si vous devez subir une intervention chirurgicale.

La prise de curcumine chez les personnes diabétiques doit fait l'objet d'un suivi médical car, si la curcumine est efficace, elle doit être consommée en petites quantités. Les effets secondaires les plus couramment notés sont une sécheresse de la bouche, des flatulences et des brûlures d'estomac en cas de surdosage et d'une durée de traitement trop longue.