La médecine traditionnelle chinoise

Découvrez en détail à travers cet article la médecine traditionnelle chinoise, son histoire et ses spécificités.

Définition de la médecine traditionnelle chinoise

La médecine traditionnelle chinoise, ou MTC peut être définie comme l'ensemble des connaissances, savoir-faire et pratiques de santé du monde chinois. Exercée depuis quelques milliers d'années, elle fait partie intégrante de l'histoire et de la culture chinoise.

La MTC repose sur un important recueil littéraire, dont les premiers ouvrages datent de plusieurs siècles avant notre ère (5e siècle avant J.-C.). Ceux-ci furent écrits, à différentes époques, par des médecins fonctionnaires de l'administration chinoise. Avec le galénisme (médecine du monde méditerranéen) et l'ayurvéda (médecine de l'Inde), elles constituent les trois importantes médecines traditionnelles savantes. La MTC est également l'une des médecines non conventionnelles, complémentaires à la médecine moderne.

Histoire et évolution de la MTC

Ses pionniers

La médecine traditionnelle chinoise a connu une importante évolution au fil des siècles. Elle a conservé toutefois ses principes de base. Ses origines sont rattachées à trois personnalités célèbres, des empereurs (1) :

- Fuxi : auteur du livre des Mutations « Yi Jing », l'ouvrage chinois le plus ancien

- Shennong : auteur du livre Traité des matières médicinales « Bencao », premier agriculteur et pionnier de la phytothérapie

- Huang Di : auteur du « Nei Jing », un ouvrage sur les traditions ésotériques

Bien d'autres écrits ont vu le jour à travers les siècles et les anciens ouvrages vieillis et endommagés ont été remaniés. Au début, les praticiens de la MTC se concentraient surtout sur les pratiques ésotériques. À l'époque, l'on considérait que la maladie était due à des forces hostiles, des esprits ou des démons. Plus tard, les pratiques divinatoires ont fait place à des approches plus empiriques.

Son évolution

C'est en 300 avant J-.C que la MTC s'est réellement penchée sur l'étude des végétaux et minéraux. La plupart des ouvrages rédigés à cette époque parlaient notamment de recettes d'immortalité. Certains médecins fonctionnaires ont aussi commencé à étudier certaines maladies, à mener des examens cliniques et à répertorier différents symptômes. Plusieurs maladies ont été découvertes dont le lumbago, l'angine, la cirrhose, la goutte... Ces praticiens ont également commencé à formuler des remèdes à base de plantes faciles à trouver, comme par exemple l'éphédra, l'armoise, la rhubarbe ou encore la réglisse.

D'autre part, les relations qu'entretenait la Chine dans les premiers siècles avec d'autres pays étrangers, tels que l'Inde et la Perse ont influencé la MTC. La médecine classique a, par ailleurs, commencé à prendre essor, les études de médecine et les recherches ont pu s'implanter peu à peu. Les premières universités dédiées à la formation de cette médecine ne verront cependant le jour qu?au 20e siècle. L'Université de médecine chinoise de Nanjing, fondée en 1954, en fait partie.

Les branches de la MTC

La médecine traditionnelle chinoise se base sur différentes pratiques de soin :

Pharmacopée chinoise : Cette discipline concerne la phytothérapie et l'utilisation de minéraux, ou de substances tirées d'animaux dans le traitement de pathologies

- Acupuncture et moxibustion : Le premier est un art thérapeutique consistant à répartir des aiguilles sur des points précis du corps. Le second se base sur la stimulation des points d'acupuncture par du moxa

- Diététique : Différentes règles d'hygiène alimentaire à suivre, pour être en bonne santé

- Massages traditionnels An Mo - Tui Na : Massages énergétiques utilisés à des fins préventives et curatives

- Exercices énergétiques Qi gong et Tai-chi : Le Qi gong est une gymnastique douce et lente, tandis que le Tai-chi est un dérivé d'arts martiaux

Particularités de la médecine traditionnelle chinoise

La médecine traditionnelle chinoise est basée sur quelques théories :

- Pensées chinoises : La MTC a sa propre base philosophique, dont le taoïsme, mohisme, confucianisme, légisme et bouddhisme

- Philosophie naturelle : La MTC s'articule également autour de quelques pensées philosophiques de la nature : le Tao (processus ordonné de l'univers), le Qi (force qui anime les êtres vivants), l'Yin et yang (bipolarité), et le Wuxing (cinq mouvements de l'univers, à savoir terre, eau, feu, bois et métal)

- Conception de la maladie : Pour la MTC, la maladie peut être interprétée comme une pathologie du Qi, une dysharmonie du Wuxing, ou un déséquilibre du Yin-yang

- Diagnostic de la maladie : Les examens reposent sur l'écoute, la vision et la palpation de points précis du corps

- Classification des symptômes : En MTC, les différents symptômes d'un patient peuvent être synthétisés en quatre couples de contraires. Il s'agit du Yin-yang, chaud-froid, dessus-dedans et vide-plein.

- Indication thérapeutique : 8 moyens thérapeutiques sont adoptés, dont la sudation, l'expectoration, l'évacuation, la dispersion, la dissolution, le réchauffement, la tonification et l'harmonisation.(2)

 

Références

[1] Ming Wong. La médecine chinoise antique. Revue d'histoire de la pharmacie. 1977
[2] Pierre Huard. Les médecines de l'Asie. Paris, Éditions du Seuil. 1978.