Le shiitaké, un antioxydant naturel

shiitaké vue de dessous

Traditionnellement utilisé dans la médecine chinoise pour améliorer l'endurance physique, la vigueur sexuelle et la longévité de ceux qui en consommaient, le shiitaké (Lentinula edodes) fait encore aujourd'hui l'objet de nombreuses recherches scientifiques.

Au fil des années, ce champignon médicinal a révélé bien des propriétés!

Les études consacrées au shiitaké ont rapidement mis en évidence la présence d'antioxydants dans sa composition. Ainsi, cuit ou séché, le shiitaké est une excellente source de sélénium, un oligo-élément antioxydant qui intervient dans le métabolisme des radicaux libres.

Une portion de 100 grammes de shiitaké séché contient environ 46,1 µg (microgrammes) de sélénium soit près de 84 % des apports journaliers recommandés (55 ug). Le sélénium, essentiel au bon fonctionnement de notre organisme, est un excellent défenseur du système immunitaire, capable de freiner le développement des cellules virales. Il joue également un rôle sur le plan intracellulaire en permettant à l'organisme de produire la glutathion-peroxydase (GPX).

Cette enzyme, de concert avec la vitamine E, « inactive » de nombreux radicaux libres et protège les cellules contre l'oxydation.

Si le shiitaké est un antioxydant naturel aussi puissant, c'est également grâce à sa teneur en ergothionéine. La L-ergothionéine est un acide aminé présent dans la majorité des champignons chinois et reconnu pour protéger les organes du stress oxydatif.

Au même titre que le maitaké (Grifola frondosa), un autre champignon médicinal chinois, le shiitaké neutralise les radicaux libres grâce à cet acide aminé.

L'activité antitumorale, antimicrobienne et antifongique du shiitaké

Selon certaines études, le shiitaké permet de lutter contre certains types de cancers dont le cancer de la prostate ou du colon. En effet, ce champignon se distingue de par sa teneur en lentinane, un polysaccharide antitumoral qui améliore la réponse immunitaire de l'organisme, augmente les lymphocytes T et favorise l'augmentation des anticorps.

Le champignon brut contient environ 0,02 % de lentinane. En 2002, une étude réalisée sur des souris a conclu à « une régression significative de la formation de tumeurs » chez les souris traitées par rapport aux souris témoins.

L'efficacité du shiitaké est telle qu'il est aujourd'hui utilisé au Japon et en Chine en complément des traitements classiques contre le cancer. D'autres études sont également en cours pour valider ou non l'efficacité du shiitaké dans la diminution du risque de cancer gastro-intestinal, dans le développement des cellules leucémiques et du VIH.

Autre propriété du lentiane contenu dans le shiitaké : son activité antimicrobienne et antifongique. Dans une étude parue en 2009, les résultats obtenus ont montré que « l'extrait de champignon Shiitaké présentait une activité antimicrobienne importante contre 85 % des organismes sur lesquels il avait été testé, y compris 50 % des espèces de levure et de moisissure étudiées ». Il permet ainsi de lutter contre toutes sortes d'infections comme les infections buccales et la prévention des caries dentaires.

La lenthionine et l'acide oxalique, deux autres substances contenues dans le shiitaké, possèdent elles aussi des effets antibactériens. L'acide oxalique est présente dans de nombreuses plantes que nous consommons (chocolat, noix, haricots, oseille, épinards...). Prise en petites quantités, elle possède une activité antimicrobienne et antifongique intéressante.

C'est pourquoi le shiitaké est particulièrement efficace contre les rhumes sous forme de cure, avant l'hiver.

Le shiitaké, excellente source de vitamines et minéraux

shiitaké vue de face

Deuxième champignon le plus cultivé dans le monde après le champignon de Paris, le Shiitaké est très riche en principes actifs. Sa composition peut ainsi couvrir une grande partie des besoins journaliers en protéines, en vitamine C mais aussi en potassium, en cuivre et en zinc. 100 grammes de shiitaké séchés apportent près de 9,58 g de protéines, 3,5 mg de vitamine C, 1534 mg de potassium, 5,165 mg de cuivre et 7,66 mg de zinc.

Le shiitaké se distingue également de par sa teneur en fibres alimentaires (11,5 g pour 100 g), intéressantes pour assurer le bon fonctionnement du transit intestinal et faire baisser le taux de lipides dans le sang.

Les fibres ont également une action reconnue sur la diminution du taux de cholestérol sanguin tout comme l'éritadénine, un composé du shiitaké au pouvoir hypocholestérolémiant.

Comme le maitaké, le shiitaké semble donc être efficace pour diminuer le taux de mauvais cholestérol et la tension artérielle.

Enfin, qu'il soit cuit ou séché, le shiitaké est une excellente source de cuivre et apporte 39 % de l'apport quotidien recommandé. Nécessaire à la formation de l'hémoglobine et du collagène, le cuivre participe ainsi au maintien d'une structure osseuse et articulaire saine. Le cuivre possède également une action antioxydante qui lutte contre les excès de radicaux libres.

La consommation de shiitaké doit faire l'objet d'un suivi médical. Comme pour tous les autres champignons médicinaux chinois, la prise de Shiitaké par les femmes enceintes, allaitantes ou les jeunes enfants n'est pas conseillée.

Le shiitaké peut causer certains effets secondaires tels qu'une réaction cutanée, des démangeaisons et des troubles gastro-intestinaux. Certaines interactions avec des médicaments anticoagulants sont également possibles.

Seul votre médecin est en mesure de vous prescrire les bons dosages et la durée de traitement appropriée en fonction de votre état de santé.